Les Miracles de Sainte Rita

Sainte Rita a mené une vie pieuse, d’abord au service de sa famille et de la cité, puis au service de Dieu au sein du couvent des augustins de Cascia. De nombreux miracles sont attribuées à Sainte Rita pendant sa vie, au moment de sa mort, et tout au long des siècles suivants. Certains de ces miracles ont été particulièrement documentés, avec des témoignages incontestables. C’est pour cela qu’en 1627, le pape Urbain VIII a reconnu Rita comme une sainte de l’église catholique.

Au cours de sa vie, les miracles de Sainte Rita rapportés sont surtout des signes divins destinés à marquer les esprits et à faire reconnaitre Rita comme chérie de Dieu. Sainte Rita est également marquée d’un signe miraculeux, un stigmate au front qui constitue un partage douloureux de la souffrance du Christ crucifié. Au moment de sa mort en 1457, les prodiges sont ceux qui accompagnent bien souvent la mort des saints, dans une symbolique de pureté. Sainte Rita se caractérise enfin par des guérisons miraculeuses (on parle de sainte thaumaturge). Sans aller en pèlerinage à Cascia auprès du tombeau de la sainte, vous pouvez adresser une prière de guérison à Sainte Rita pour une guérison miraculeuse. Vous pouvez également demander l’intercession de Ste Rita auprès de Dieu avec la prière des causes désespérées ou avec une neuvaine à Sainte Rita

L’étude des miracles attribués à la sainte a permis d’en documenter et d’en confirmer suffisamment pour que le Pape confirme la sainteté de Rita. Pour témoigner des miracles de Sainte Rita, la basilique de Cascia abrite d’innombrables ex-votos et objets en remerciement à la sainte des causes désespérées pour les guérisons apportées et pour l’aide obtenue dans la résolution de causes impossibles. Ceux dont la demande de grâce a été exaucée peuvent aussi adresser une prière de remerciement à Sainte Rita ou laisser un témoignage.

Miracle de Sainte Rita : la conservation de son corps

Miracles de Sainte Rita : miracle de sa mort

Après sa mort, le corps de Rita a été mis dans un linceul et exposé dans l’église. Ensuite, les visites incessantes des fidèles et les premiers miracles ont empêché les soeurs de mettre en oeuvre l’enterrement prévu. Le temps passant, elles ont alors constaté avec étonnement que le corps de Rita restait intact et ne se décomposait pas. Il pouvait même se dégager par moment une odeur de fleurs. Elles ont alors fait fabriquer un cercueil ouvert (une chasse) pour y déposer le corps. PLus tard, le corps fut transféré dans une chasse en verre. Deux siècles après sa mort, l’Eglise envoya des délégués à Cascia pour vérifier les différents miracles attribués à la sainte. Lors de leur enquête, ils constatèrent que le corps de Rita était parfaitement conservé, et firent une description détaillée ce qu’ils avaient vu. Au cours du temps, d’autres miracles se sont manifestés : des odeurs de fleurs qui se répandent de temps en temps depuis son corps, des mouvements inexplicables d’un pied ou d’une main, et même ses yeux qui s’ouvrent, comme celà a été rapporté à plusieurs reprises. Les miracles de Sainte Rita se produisent généralement en des moments de difficulté pour les croyants, ou pendant des évènements religieux. Ils semblent ainsi constituer un appel à croire en Dieu et en ses miracles. Aujourd’hui, le corps de Sainte Rita s’est momifié sans traitement particulier, sans que celà puisse être expliqué par la science.

Miracle de l’épine au front

Miracles de Sainte Rita : miracle de l'épine

Rita avait une grande dévotion pour la Passion du Christ. Cela a constitué le thème principal de ses méditations et prières au cours desquelles Rita souhaitait partager les douleurs du Christ. Jésus a répondu à cette demande en 1432, lors du vendredi saint : alors que Rita était en contemplation devant le Crucifix elle a ressentit la douleur d’une épine de la couronne d’épines se plantant dans son front. Une plaie douloureuse apparut alors qui ne quittera plus Rita jusqu’à sa mort, à une seule exception : cette blessure guérira en effet le temps d’un voyage à Rome, entrepris pour plaider auprès du Pape la canonisation de Saint Nicolas de Tolentino. Cette plaie purulente et puante força Rita à s’isoler de ses soeurs. Elle permis à Rita de vivre par la suite en communion avec la souffrance du Christ, n’hésitant pas à s’infliger d’autres souffrances telles que le jeûne ou la flagellation. Ce miracle est rappelé dans toutes les représentations de Sainte Rita où l’on retrouve la plaie au front. La trace de cette plaie est encore visible sur la dépouille de la sainte conservée au sanctuaire de Cascia.

Miracles de Sainte Rita pour sa mort

Au moment de la mort de sainte Rita, les manifestations divines se multiplient. Plusieurs témoins la voient s’élever au Ciel. La cloche du monastère retentit, sans que personne ne l’ai sonnée. La plaie au front de Rita se cicatrise et ne laisse qu’une trace rappelant l’emplacement du stigmate. De son corps émane un parfum délicat et son visage devient serein, débarrassé de toutes les traces de sa maladie et de ses souffrances. Dès cet instant, les premières guérisons miraculeuses surviennent. Une sœur infirme se penche pour l’embrasser et crie aussitôt au miracle car elle vient de retrouver l’usage de son bras paralysé.

Miracle des roses

Dans les dernières années de sa vie, Rita se nourrissait peu et restait alitée. Au moment de repartir après une visite, une cousine propose à Rita de lui ramener quelque chose de son village natal de Roccaporena. En réponse, Rita lui dit qu’elle aimerait une rose de son jardin. Sa cousine lui indique alors qu’en plein hiver, c’est malheureusement impossible. Cependant, Rita insiste. De retour à Roccaporena, sa cousine se rend au jardin de Rita pour en assurer l’entretien. A sa grande surprise, elle y découvre une rose magnifique qui vient d’éclore. Elle la cueille et l’amène sans tarder à Rita, devant le regard émerveillé des soeurs du monastère. Ce miracle vaudra à Rita d’être appelée la Sainte à la Rose.

Miracle des figues

Lorsque Rita voit sa cousine lui apporter la rose demandée, elle se demande si c’est vraiment le signe de Dieu qu’elle espère, celui qui lui confirme qu’elle est digne de monter au Ciel. Rita demande alors à sa cousine de retourner au village et de lui ramener des figues de son jardin. Bien que ce soit impossible en plein hiver, la cousine obéit et trouve deux figues mûres sur le figuier du jardin de Rita. Elle les ramène à Rita qui à cet instant comprend que Dieu a répondu à ses questions.

Miracle des abeilles

Miracles de Sainte Rita : miracle des abeilles

Alors qu’ils travaillent dans les champs, les parents de Rita l’installent dans un couffin, à l’ombre d’un arbre. La petite fille a un an et vient d’être baptisée la veille. Elle est bientôt entourée d’abeilles. Celles-ci sont blanches. Elles vont et viennent autour de l’enfant, entrant parfois dans sa bouche et en ressortant sans lui faire aucun mal. Un bucheron, s’étant blessé la main avec sa hache, passe près de Rita et la découvre au milieu des abeilles. Il cherche alors à éloigner les abeilles, sans y parvenir. A sa stupéfaction, il constate alors que ses blessures à la main se sont refermées et qu’il est guéri. Lorsque Rita sera religieuse, des abeilles semblables viendront s’installer au monastère. Bien plus tard, le Pape lui-même demandera à les voir à l’occasion d’une visite à Cascia.

Miracle de la vigne

Miracles de Sainte Rita : miracle de la vigne

Au sein du monastère de Cascia, les sœurs doivent obéissance à la mère supérieure. C’est ainsi que pour éprouver l’obéissance de Rita, la mère supérieure lui demande d’arroser chaque jour un pied de vigne desséché situé dans la cour du monastère. Indifférente aux regards et aux moqueries, Rita tire chaque jour de l’eau au puit pour aller la verser au pied de la vigne. Au bout d’un an, le miracle se produit : le cep mort reverdit, grandit et donne de délicieuses grappes de raisin. Pour se souvenir de ce miracle, une vigne est toujours présente au même endroit du couvent, à coté du puit.

Miracles de Sainte Rita : les guérisons miraculeuses

Dans l’année qui suit la mort de sainte Rita, de trés nombreuses guérisons miraculeuses surviennent auprès du corps de la sainte. A la demande des autorités de Cascia, ces guérisons sont vérifiées auprès des témoins et de ceux qui connaissaient les miraculés. Les guérisons inexplicables sont ensuite enregistrées par un notaire sur un registre officiel. Les premiers à venir rendre hommage à Sainte Rita et à lui demander son aide viennent de Cascia et des villes voisines de Norcia et Pérouges, avant que la renommée de la sainte s’étendent à toute l’Italie et au monde catholique. Sur les centaines de guérisons constatées, quelques-unes peuvent être rapportées qui ont été retenues par l’Eglise pour consacrer Rita en tant que Sainte.

Plusieurs malades ont ainsi retrouvé la vue ou évité de la perdre :

Aveugle d’un œil depuis 15 ans et ne voyant qu’un peu de lumière de l’autre œil, Lucia di Santi dal Castel est amenée devant le corps de la Bienheureuse Rita. Après quinze jours de prières, elle retrouve une vision complète des deux yeux. Avec émotion, elle rend grâce à l’infinie bonté de Dieu.
Atteinte de la variole, Elizabeth Bergamini est en train de devenir aveugle. Ses parents l’emmènent prier sainte Rita à Cascia. Quatre mois plus tard, la petite fille recouvre la vue.
Alors qu’il est devenu aveugle, Battista d’Angelo de Colgiacone prie avec dévotion le Seigneur devant le corps de Sainte Rita. Par miséricorde infinie de Dieu, il est exaucé et recouvre la vue.

D’autres malades muets ou sourds ont été capables de parler et d’entendre :

Alors qu’elle est née muette, comme en témoignent tous ceux qui la connaissaient, Cecca di Gio de Biselli se met à prier avec ferveur et, peu après, elle commence à parler en récitant le « Je vous salue Marie », au grand étonnement de tous.
Egalement née muette, Mattia di Cancro da Rocca Indulsi est conduite par ses parents auprès du corps de Sainte Rita. En priant avec tous les participants, elle obtient de Dieu la grâce de pouvoir parler sans contraintes, à l’étonnement de toutes les personnes présentes. En remerciement à Sainte Rita, des processions sont organisées et une homélie est prononcée par le Révérend Père Giovanni Pauletti.
Muet de naissance, Cecco d’Antonio di San Cipriano dalla Matrice est conduit par son père auprès du corps de la Bienheureuse Rita. Après deux jours de prières ferventes, il reçoit la grâce de la parole au grand étonnement des personnes présentes.
Sourde d’une oreille depuis cinq ans, une femme appelée Cecca d’Antonio invoque Dieu et la Bienheureuse Rita et est libérée de sa souffrance, avec des signes très clairs et en présence de nombreux témoins.

Bien d’autres malades ont vu leurs souffrances miraculeusement soulagées en priant Sainte Rita

Cosma Pellegrini était atteint d’une maladie incurable et sur le point de mourir. C’est alors qu’il eut une vision de sainte Rita le saluant. Il retrouva immédiatement toutes ses forces.
Âgé et très malade, Paolo da Colforcello souffrait d’hydropisie (oedème). Il se fait porter devant le corps de la Bienheureuse Rita. En lui adressant de pieuses oraisons, il retrouve la santé.
Ayant depuis longtemps perdu la sensibilité d’un doigt de la main, Salimene d’Antonio approche son doigt du corps de la Bienheureuse avec révérence, humilité, dévotion et foi et il est guéri en présence de beaucoup de gens. En larmes, il rend grâce au Seigneur et à la Bienheureuse Rita.
Tourmentée par de très graves douleurs aux jambes, enflée du corps depuis de nombreuses années et endurant des douleurs si intenses qu’elle ne mange que très peu depuis deux ans, Giacomuccia di Leonardo est portée devant le corps de Sainte Rita. En se recommandant au Seigneur et à Sainte Rita, elle reste dans l’église pendant huit jours et est enfin, soulagée de tous ses maux. Au comble du bonheur, elle remercie avec ferveur Dieu et la Bienheureuse Rita.
Ayant un calcul très douloureux dans la vessie, Bernardo, fils de Matteo del Re, est recommandé par son père à la Bienheureuse Rita et, pour ses mérites, son fils est libéré par la grâce Divine.
Souffrant d’une sciatique qui est source d’une douleur très intense depuis quatre ans, Spirito d’Angelo invoque la Bienheureuse Rita et est libéré de son mal.